Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Extrait du journal de Madeleine Binet, n°607, II, 1986, p.5-9.

1En 1986, nous avions pu, avec l’accord des Mesdemoiselles Georgette et Géraldine Binet, ses filles, publier un bref extrait du Journal de Madeleine, leur mère1. Disposant désormais de tout le texte, voilà que nous sommes en mesure de l’éditer dans sa totalité, l’année même où nous commémorons le centenaire de la disparition de son père, Alfred Binet. Rédigé vers 1948, sur un simple cahier d’écolier après la mort de sa sœur cadette Alice, et sans qu’elle ait elle-même indiqué les raisons de son écriture, ce manuscrit est intéressant à plus d’un titre.

2D’abord, bien sûr, il apporte un regard simple et familier sur la personnalité d’Alfred Binet, tel qu’il était dans l’intimité de sa vie quotidienne, auprès des siens ; il complexifie ainsi la représentation réductrice d’un chercheur exclusivement perçue à travers son activité intellectuelle. Ici Madeleine dit avec simplicité et ferveur « l’admiration totale » que lui inspire la « merveilleuse intelligence » de son père, l’activité indiscutable dont il disposait à ses yeux, le respect qu’il lui inspirait comme le contraste entre sa réserve et sa gaité, la passions de la recherche qui l’animait.

  • 2  Chapuis E., 2000, « Enfants de psychologies et psychologie de l’enfant », Bulletin de psychologie, (...)

3Mais surtout Madeline c’est Marguerite, telle qu’elle est présentée et décrite en tant qu’enfant d’une douzaine d’années dans l’Etude expérimentale de l’intelligence écrite par son père. Elle s’inscrit avec sa sœur Alice/Armande dans la liste des « enfants de psychologues »2 devenus objets d’une démarche qui les déborde, du fait de leur contribution, involontaire mais non négligeable, à l’histoire de la psychologie. Dès lors, cette enfant que son père avait entrepris d’étudier devient celle, qui à son tour, encore que par une autre méthode, le décrit à son tour. Ainsi se croisent deux regards symétriques dont chacun renvoie à l’autre. Madeleine scrutée par lui en tant qu’enfant, en devenant l’observatrice, tandis que celui-ci, d’observateur qu’il était, occupe désormais, quoiqu’a posteriori, la position d’observé. D’où une inversion des rôles où chacun est alternativement observateur et observé ; d’où aussi un dédoublement des postures. Et cela donne aux lecteurs de ce journal que nous sommes désormais, l’occasion et le plaisir de remarquer et d’apprécier tant l’élégance de son écriture que la finesse et la précision de son regard, volontiers humoristique, de ses appréciations sur les personnes et sa grande sensibilité à leurs réactions, à leurs attitudes relationnelles et à leurs capacités affectives.

4Cette réciprocité des regards peut aussi nous inviter à un débat d’ordre épistémologique sur la validité de la perception de l’un par l’autre, singulièrement celle du chercheur sur sa fille. A travers son journal, Madeleine se révèle-t-elle comme lui-même l’avait vue quand il la compare à Armande et identifie son style intellectuel à son profil ? Il avait, on le sait, entrepris et il s’y était attaché dès les années 1890-92 d’élaborer ce qu’il appelle « la psychologie individuelle », en vue d’aboutir à une classification des caractères, en différenciant les modalités variées des processus intellectuels fondamentaux illustrées par une pluralité de personnes. Et, comme l’Ecole de Warzbourg, il entendait les identifier grâce à une procédure expérimentale, la seule acceptable à ses yeux, c’est-à-dire par l’ « introspection expérimentale » qui invite sujets non à s’abandonner à des considérations empiriques complaisantes, mais à réagir mentalement dans des situations contrôlées à des tâches intellectuelles qu’il leur propose et dont il interprète les résultats. C’est parce qu’au-delà des controverses qu’elle suscitait, il voulait la légitimer, et, même la restaurer. Il avait pour cela recours à des personnalités bien marquées au fonctionnement mental spécifique : calculateurs géniaux, joueurs d’échecs, peintres, auteurs dramatiques.

  • 3  Sur ce point l’excellent article d’Antoine de la Garanderie, « Binet interroge Marguerite et Arman (...)

5La naissance de ses filles, dont il pouvait quotidiennement observer facilement l’évolution, allait diversifier son approche, en les instaurant en objets de son étude. Ainsi, croit-il constater que « Marguerite » illustre le type observateur et « Armande » le type imaginatif. A la fin de l’Etude expérimentale synthétisant les données recueillies, il établit la liste des critères qui l’ont conduit à les distinguer. Dans quelle mesure, le journal traite selon les mêmes critères validant ou non son interprétation ? Une telle comparaison est sans doute rarement possible entre les matériaux que procure l’observation d’un enfant par un chercheur et ceux que, devenu adulte, le premier propose à son tour. Ce récit de Madeleine devient paradoxalement aussi l’instrument d’évaluation de la méthode de son père. De même pourrait-on s’interroger sur la durabilité des traits idéaux et leur perméabilité à ‘éducation et à l’histoire ultérieure du sujet. C’est la problématique d’Antoine de la Garanderie qui, se percevant à bon droit comme l’héritier de Binet, explique la capacité d’évolution du type intellectuel3.

6Encore pourrait-on, précisément, s’étonner que, dans son journal, Madeline ne mentionnât jamais que son propre fonctionnement mental et celui de sa sœur Alice aussi, quoiqu’à l’abri de leurs pseudonymes respectifs Marguerite et Armande. D’aucuns se sont même étonnés d’un silence qui, à vrai dire, est assez facile à comprendre. Elle ne tient nullement, malgré certaines interprétations fallacieuses ou malveillantes, à ce qu’elle ne se serait prêté qu’avec déplaisir à ce rôle assez exceptionnel et aurait pour cela évité d’en parler. Il n’en est rien, et pour deux raisons ; d’une part, en effet, elle ne craint pas de dire ce qui, petite fille, l’a parfois peinée, en particulier une certaine froideur, un certain manque de tendresse de la part de sa grand-mère, et même de son père ; d’autre part, et plus encore, son immense admiration, ne pouvait que la réjouir de pouvoir, à cette occasion, lui rendre service en l’aidant, à sa manière et à sa mesure, dans ses travaux scientifiques. Cette omission tient aussi à une autre raison : celle même qui l’amène à rédiger ce journal, faute de compétence, son objectif n’était point de présenter ou de commenter l’œuvre d’Alfred Binet, mais de risquer à son propos un avis personnel. On aura remarqué à cet égard qu’elle a rayé de sa propre main les quelques lignes qui la résume de peur d’en proposer une lecture infidèle.

7Mais, dernière survivante, elle le dit elle-même de ceux qu’elle avait, dans sa jeunesse, connus et aimés, elle souhaitait transmettre aux générations suivantes – peut-être, sinon sans doute à leur demande- des souvenirs qu’elle était désormais seule susceptible de fixer et de sauvegarder. Simultanément, elle laisse un généreux témoignage sur le mode vie d’une famille cultivée de la bonne société à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle. Et la notoriété persistante de certains de ses membres ne peut qu’accentuer l’intérêt de es pages.

  • 4  Zazoo 5., 1958, Alfred Binet et la psychologie de l’enfant, Psychologie française, tome 3, n°2, p. (...)

8L’objectivité psychologique de Binet fut toujours d’identifier les processus d’une étude rigoureuse, « scientifique », des activités supérieures de l’esprit et les typologies éventuelles de celle-ci. Il l’a poursuivi en trois étapes. La première, c’est, nous l’avons rappelé, l’observation de personnalités qui les illustrent avec assez de relief pour en favoriser la perception. L’analyse de ses filles constitue la deuxième. C’est bien à tort que M. Zazoo attribue à leur naissance son intérêt pour la « psychologie de l’enfant »4. Son projet porte moins sur celle-ci en tant que telle que sur l’émergence de ces types : apparaissent-ils dans l’enfance ? Le troisième, enfin, s’ouvre avec la SLEPE, qui, en libérant son accès à l’école, permet l’essor de ses investigations.

9Et c’est elle encore qui, portant son nom et célébrant aujourd’hui son centenaire, qui poursuit et approfondi, grâce au professeur Bernard Andrieu, et avec le précieux en cours de MM Maxence, Laurent et Eric Binet, que nous remercions vivement, l’analyse de son œuvre.

Haut de page

Notes

1  Extrait du journal de Madeleine Binet, n°607, II, 1986, p.5-9.

2  Chapuis E., 2000, « Enfants de psychologies et psychologie de l’enfant », Bulletin de psychologie, p. 561-672

3  Sur ce point l’excellent article d’Antoine de la Garanderie, « Binet interroge Marguerite et Armande », Bulletin de la Société Binet-Simon, n° 607, II, 1986, pp.5-29

4  Zazoo 5., 1958, Alfred Binet et la psychologie de l’enfant, Psychologie française, tome 3, n°2, p.115

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Avanzini, « Préface », Recherches & éducations, HS n°2 | 2011, 5-9.

Référence électronique

Guy Avanzini, « Préface », Recherches & éducations [En ligne], HS n°2 | octobre 2011, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/874

Haut de page

Auteur

Guy Avanzini

 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org