Navigation – Plan du site
Dossier

Les non-usages des TIC : modélisations, explications, remédiations

Pascal Marquet
p. 11-14

Entrées d’index

Chronologique :

XXe-XXIe siècles
Haut de page

Texte intégral

1Les études d’usage des TIC en contexte éducatif s’intéressent, et c’est normal, en priorité aux usages et aux phénomènes consécutifs à ces usages. ENT (Environnements Numériques de Travail), plates-formes d’EAD (Enseignement A Distance), logiciels particuliers sont étudiés dans la perspective de rendre compte des transformations des situations d’enseignement-apprentissage dans lesquelles ils sont utilisés. Les recherches les plus pointues proposent, selon une dichotomie classique processus/produit, soit des modèles de l’activité cognitive des usagers et de leurs conséquences sur les acquisitions, soit une analyse des conditions d’usage.

2Cet ensemble de travaux déjà disponibles, que l’on peut qualifier de positivistes et qui dominent la littérature, même s’ils peuvent être critiques, occultent de façon non intentionnelle tout ce qui reste dans l’ombre de l’introduction désormais massive des TIC, et qui explique probablement la marginalité systématiquement constatée des pratiques, lorsque l’on considère la diffusion actuelle des outils, l’accessibilité des ressources et les mesures incitatives à tous les niveaux politiques.

3Ce numéro thématique rassemble des articles qui interrogent les non-usages, dans le but de mieux comprendre pourquoi des usagers rejettent ou se détournent de systèmes pourtant pensés et conçus pour eux, pourquoi des ressources restent non consultées, comment les représentations des acteurs de l’éducation et de la formation évoluent et dans quelle mesure ces évolutions concourent à la diminution des non-usages, mais aussi à leur persistance.

4Il ne s’agit pas de faire le procès des TIC et de dénigrer tous les progrès réalisés, tant sur le plan de la qualité des applications que sur le plan des avancées théoriques. Les études d’usage sont en effet à l’origine d’importants progrès en matière de modélisation des situations d’enseignement-apprentissage, par le seul décalage entre les situations classiques et les situations dans lesquelles interviennent un système technique. Il s’agit au contraire de comprendre les obstacles qui subsistent encore en vue d’une intégration raisonnée et justifiée des TIC.

5Les textes qui suivent s’intéressent aux enseignants, aux étudiants et au grand public. Nous avons choisi de les présenter en commençant par les enseignants dont les pratiques sont modifiées et sans qui les enseignements à distance, les ressources à disposition des élèves et des étudiants n’existeraient pas. Suivent des travaux sur les étudiants dans différents contextes de formation à distance ou hybride. Nous terminerons avec un regard sur les seniors qui constituent un domaine de recherche récent et qui restent encore, pour une large part, à l’écart des usages.

6S’agissant des non-usages des enseignants, Marc Trestini ouvre le débat avec un article qui étudie comment des enseignants du supérieur appréhendent le recours aux TIC dans leurs enseignements. Ce faisant, il compare les résultats qu’il obtient avec ceux d’enquêtes réalisées il y a une dizaine d’années et montre comment les non-usages se sont déplacés en indiquant les raisons de ces déplacements. Par exemple, au manque de formation ou de soutien antérieurement avancés se substitue le manque de temps et une certaine lassitude à l’égard du changement aussi bien technique qu’institutionnel.

7Hervé Daguet et Jacques Wallet nous éclairent sur les enseignants du second degré et notamment sur leurs rapports aux ENT déployés à l’initiative des collectivités territoriales. À partir d’entretiens conduits auprès d’enseignants qualifiés de « réfractaires » ils proposent une grille d’interprétation des non-usages qui met l’accent sur les technologies et leur décalage par rapport aux attentes ou aux spécificités du métier d’enseignant.

8Sandoss Ben-Abid Zarrouk propose, ensuite, de rendre compte du faible usage régulier que font les enseignants des TIC dans leurs pratiques pédagogiques. S’inspirant des Sciences économiques comportementales, elle suggère que les enseignants surestiment ce qu’ils risquent de perdre s’ils ont recours aux TIC, ce qui explique le statu quo en matière d’usage. En outre, la décision de ne pas utiliser les TIC se fonderait sur des informations non actualisées, ce qui est aggravé par un échec des politiques top-down d’introduction des TIC, auxquelles il faudrait préférer une approche bottom-up.

9Mehdi Kaddouri, Abderrahmane Bouamri et Toufik Azzimani, quant à eux, adoptent un point de vue sémiologique pour rendre compte de la situation des TIC dans l’enseignement supérieur marocain. Leur approche consiste à mettre au jour le sens que les usagers et non-usagers attribuent à leurs comportements. Bien qu’ils aient interrogés des étudiants et des enseignants, c’est le volet enseignant qu’ils développent le plus, en proposant trois profils qui sont caractérisés par les significations particulières produites pour chacun d’eux. Certaines de ces significations entreraient en opposition avec l’identité d’universitaire et expliqueraient les non-usages.

10C’est à Jean-Luc Rinaudo que nous confions le soin de clore cette première partie sur les enseignants. Sur la base d’entretiens, il aborde la question des non-usages sous l’angle particulier des processus psychanalytiques qui expliquent soit le discours et/ou la posture des enseignants désignés ou qui se déclarent non-usagers. Son propos offre ainsi de clarifier les notions voisines de pratiques et de non-pratiques de ces mêmes enseignants.

11Nous ouvrons la partie consacrée aux étudiants en commençant par Jacques Béziat, qui s’intéresse à une population de professionnels en formation à distance et aux représentations qu’ils ont des TIC en contexte scolaire. Il ressort de l’analyse des discussions que les représentations ne s’éloignent guère du discours dominant sur les TIC et qu’elles y sont rarement hostiles. Les étudiants les plus actifs sur le forum étudié sont ceux qui accèdent, d’une certaine manière, à la complexité des usages éducatifs des TIC, sans garantie pour autant qu’une fois redevenus acteurs ou professionnels de l’éducation, ils seront des usagers réguliers.

12Cathia Papi porte notre attention sur les non-usages des ressources en ligne dans le cadre d’une formation hybride mise en place pour la validation du C2i (Certificat Informatique et Internet). En croisant sociologie des usages et théorie instrumentale, le délaissement des ressources s’expliquerait davantage par le fait que les pratiques habituelles d’apprentissage des étudiants sont différentes du mode de formation mis en œuvre pour la validation du C2i, que par une absence de familiarité avec les TIC.

13Damien Dupré, Hussein Salem, Mathieu Loiseau, Philippe Dessus et Stéphane Simonian étudient l’usage d’un logiciel qui renvoie des feedbacks automatiques sur des synthèses de textes que des étudiants réalisent à distance. L’analyse de questionnaires et d’entretiens leur permet de faire des hypothèses sur le non-usage, qui résulterait de l’absence de superposition entre le champ instrumental du logiciel et celui des outils habituellement utilisés pour la synthèse de textes.

14Dans leur étude comparative de deux formations à distance de master, Stéphane Simonian et Jacques Audran abordent les non-usages d’un point de vue anthropo-écologique. À la dimension humaine de l’usage de l’outil, les auteurs intègrent les caractéristiques de la situation dans laquelle cet usage intervient. Ainsi, des comportements qui pouvaient apparaître comme des non-usages auparavant masquent en réalité le recours à d’autres outils que ceux qui sont proposés par la plate-forme par laquelle la formation est dispensée.

15Le numéro thématique se termine par une étude des pratiques numériques des seniors, qui bien qu’elles aient fortement augmenté restent les moins importantes de la population. Séraphin Alava et Nadège Moktar identifient les raisons de l’appropriation ou du rejet des TIC auprès de retraités. Ils montrent que l’utilité perçue et le sens attribués aux pratiques numériques départagent désormais les usagers et les non-usagers et que la maîtrise technique et le niveau socio-économique ne sont plus en jeu.

16Il ressort de cet ensemble de textes que les modélisations ou, pour le dire plus modestement, que les concepts mobilisés se réclament des Sciences de l’éducation bien sûr, mais aussi des Sciences économiques, de la Psychologie, de la Sociologie et de la Sémiologie. L’intelligibilité des non-usages des TIC en éducation, en tant qu’objet de recherche, exigerait donc des éclairages multiples, qui pour le moment montrent les différentes facettes de cet objet. Ces différentes facettes ont-elles été toutes identifiées dans ce numéro thématique ? Certainement pas.

17Mais le plus remarquable, à nos yeux, est que chaque contexte d’étude, que les auteurs réunis, ici, nous permettent de découvrir, semble justifier une approche particulière, qui sans doute témoigne du manque de maturité conceptuelle de l’objet « non-usage ». Est-il réellement pertinent de parler de non-usage, n’observons-nous pas des usages en creux, ou tout simplement ne s’agit-il pas d’usages non conventionnels ? Quoi qu’il en soit, on peut désormais avancer l’idée selon laquelle des pratiques à l’ombre des usages se développent même si nous ne savons pas encore bien les nommer et bien les observer.

18La diversité des facettes des non-usages appelle avec elle une diversité des explications, elles aussi fortement dépendantes du contexte d’observation. Par conséquent, il paraît encore difficile de proposer des perspectives de remédiation, si tant est qu’il faille que les usages des TIC soient ce qu’en attendent leurs promoteurs. Une attitude raisonnable consisterait à attendre que les TIC pénètrent un peu plus encore les pratiques sociales des différentes couches de la population et les pratiques professionnelles des différents acteurs de l’éducation.

19Ceci étant dit, attendre que les choses évoluent ne garantit pas qu’on les comprenne davantage et il paraît plus que jamais utile de saisir ce qui se joue à travers l’appropriation des systèmes techniques en milieu éducatif. À cet égard, nos travaux personnels offrent une perspective supplémentaire. Ils s’appuient sur le concept de conflit instrumental, qui rend compte de l’incompatibilité entre les objets didactiques, les objets pédagogiques et les objets techniques qui cohabitent dans une situation d’enseignement-apprentissage faisant intervenir un système technique. Cette incompatibilité, souvent involontaire de la part des concepteurs de formation, provoque des difficultés d’appropriation qui peuvent provenir indifféremment des fonctionnalités des systèmes, des scénarios d’enseignement ou des contenus disciplinaires eux-mêmes.

20Ce numéro thématique apporte donc son lot de propositions théoriques pour mieux comprendre les non-usages. Le simple fait de les réunir permettra aux lecteurs, spécialistes des TIC ou non, de les confronter à ses travaux ou à son expérience d’usager.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 6, 2012, p. 11-14

Référence électronique

Pascal Marquet, « Les non-usages des TIC : modélisations, explications, remédiations », Recherches & éducations [En ligne], 6 | juin 2012, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/932

Haut de page

Auteur

Pascal Marquet

Université de Strasbourg
LISEC (EA 2310)

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org