Navigation – Plan du site
Articles

L’hygiène à l’école aux XVIIIe et XIXe siècles : vers la création d’une éducation à la santé

Séverine Parayre
p. 177-193

Résumés

Cette recherche a pour objectif d’étudier l’histoire des pratiques de conservation et de préservation de la santé à l’école depuis le début du XVIIIe siècle jusqu’à la Troisième République. S’appuyant sur une exploitation qualitative d’archives de l’Instruction publique, de l’hygiène et de la médecine des XVIIIe et XIXe siècles, notre étude présente les variations et l’extension des pratiques, les motivations et interactions des différents acteurs de l’Instruction publique et de la médecine, et leur mise en place dans les établissements concernés. Ainsi nous montrons et analysons de quelle manière l’école de la République est devenue progressivement un lieu d’éducation à la santé.

Haut de page

Entrées d’index

Chronologique :

XIXe siècle, XVIIIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction : une histoire à construire

  • 1 . Terme introduit par Duruy dans la législation scolaire, cf. circulaire du 23 septembre 1867 relat (...)
  • 2 . L’hygiène au XIXe siècle se définit comme la discipline médicale qui a pour objectif de conserver (...)
  • 3 . Transformation des attitudes individuelles et collectives de nos sociétés face à la santé et à la (...)
  • 4 . À cette époque le terme « hygiène » est très peu employé par les médecins. Ils titrent leurs ouvr (...)
  • 5 . Détail dans les notes 9 et 12.
  • 6 . Circulaires et instructions officielles relatives à l’instruction publique, 8 vol. 1802-1882, Par (...)
  • 7 . Détail dans les notes 15, 21, 25, 29 et 31. Les rapports de médecins n’apparaissent qu’à partir d (...)

1Des études historiques portant sur la conservation de la santé des élèves se développent et viennent s’intégrer aux recherches émergentes sur l’éducation à la santé. Jusqu’à présent, les historiens se sont en priorité centrés sur la naissance de l’hygiène scolaire depuis la Troisième République, sans approfondir l’existence antérieure de pratiques préventives à l’école (Nourrisson, 2002 ; Guillaume, 2004). En effet, le terme d’hygiène scolaire apparaît au cours de la décennie 18601 et les nombreux ouvrages de médecine et d’éducation qui lui sont consacrés, témoignent de l’essor de cette nouvelle discipline, consacrée à l’étude de l’influence de l’école sur la santé des élèves et à la transmission de préceptes et pratiques hygiéniques2 (Riant, 1874). Or les préoccupations préventives existent bien avant l’hygiène scolaire et le but de notre recherche est de les retrouver, de les différencier selon les époques et les établissements scolaires (consacrées aux élites et au peuple), afin de comprendre comment l’école a aussi été amenée à veiller à la santé des élèves en prenant des précautions à l’égard de leur santé et en pensant à la prévention des maladies.
Notre étude s’étend du XVIIIe siècle, où des changements significatifs apparaissent pour la conservation de la santé des élèves, jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle, où les élites politiques et médicales reconnaissent le préjudice exercé par le milieu scolaire sur la santé des enfants et s’accordent pour la préserver, c’est-à-dire au moment où la biopolitique conduit à un accroissement de la médicalisation3 de la population scolaire (Foucault, 1994 ; Léonard, 1981 ; Fassin, 2004). Des pratiques spécifiques à un siècle vont être modifiées dans la période suivante ou disparaître, avec les maladies auxquelles sont confrontées les sociétés et les conceptions du corps et de la santé auxquelles elles adhérent. L’éducation à la santé en milieu scolaire au XXIe siècle a subi des modifications depuis l’enseignement de l’hygiène du XIXe siècle. Elle a étendu ses concepts et attentes sanitaires, la diversité des thèmes abordés, les outils et méthodes pédagogiques employés et les collaborations engagées (Broussouloux & Houzelle-Marchal, 2006). Notre intention est de révéler les transformations des mentalités à l’égard de la sauvegarde de la santé qui s’opèrent aux XVIIIe et XIXe siècles, qui atteignent l’école et vont y introduire de nouvelles exigences préventives.
Afin de mieux appréhender les variations des pratiques, les motivations et interactions des différents acteurs et les différents établissements concernés, des archives de l’Instruction publique et de l’hygiène ont été exploitées. Pour la période du XVIIIe siècle, les ouvrages des médecins renseignent sur les préceptes et pratiques classiques de conservation de la santé4, mais demeurent insuffisants pour approcher les habitudes sanitaires dans les établissements. Il faut alors se référer à des sources de l’éducation. Les premières retenues sont les plans de collèges et d’écoles militaires, car ils permettent de constater l’apparition de nouveaux lieux, liés à de nouvelles conceptions préventives. Or, si le plan permet de prouver l’existence de nouvelles pratiques, de les dater, il ne renseigne pas sur leur destination, leur fréquence et l’explication de leur apparition. Nous avons donc confronté les plans à des lettres de directeurs et de parents, dont les enfants étaient scolarisés dans ces mêmes établissements (collèges et écoles militaires)5. Pour la période du XIXe siècle le dépouillement des directives ministérielles relatives à la santé des élèves, depuis la création des lycées en 1802, jusqu’aux textes instituant les commissions d’hygiène en 1882, a permis de révéler et d’analyser les priorités étatiques de prévention6. Afin de vérifier les applications législatives et les acteurs mobilisés dans leur diffusion, nous les avons confrontées aux rapports d’inspecteurs d’académie des années 1809 à 1875, aux récits de vie et lettres d’instituteurs et journaux d’éducation des années 1830 à 1870, aux plans des collèges et lycées des années 1830 à 1870, aux rapports de médecins des années 1860 et 1870 et à leurs ouvrages sur l’hygiène de la jeunesse et l’hygiène scolaire7.
Nous mettons en évidence trois moments forts des prémices et de l’accroissement de la préservation de la santé en milieu scolaire : le renouvellement sanitaire du siècle des Lumières touchant les écoles élitistes, la diffusion progressive du biopouvoir au sein des établissements du secondaire et du primaire durant la première moitié du XIXe siècle, suivie de l’extension de la médicalisation de la population scolaire.

Des changements déterminants et significatifs pour la conservation de la santé des élèves au XVIIIe siècle

  • 8 . La dégénération est employée au XVIIIe siècle, la dégénérescence à partir de 1857, cf. P. Pinell, (...)

2Depuis toujours il a existé des tentatives pour lutter contre les maux du corps et rejeter la souffrance physique. Le siècle des Lumières n’invente pas les attitudes de précaution à l’égard de la santé, mais dès la seconde moitié du XVIIIe siècle apparaissent une révolution des sensibilités et des comportements et une responsabilité prise par les pouvoirs publics pour sauvegarder les populations (Vigarello, 2001 ; Nourrisson, 2002). Cette révolution se traduit par l’utilisation d’autres pratiques médicales, par une diffusion du savoir et une revendication de soin et de précaution de la santé par une population aisée et cultivée, par l’émergence au sein de la médecine du concept moderne de médecine préventive (Rougnon, 1798). Ce changement naît en partie d’une forte préoccupation démographique des pouvoirs publics et des médecins, qui s’inquiètent d’une baisse de natalité et de la mortalité infantile. Les historiens de la démographie ont démontré pourtant que le XVIIIe siècle fut une période d’expansion démographique (Dupâquier, 1985), mais les hommes des Lumières cherchent des moyens de redresser ce qu’ils considèrent être un déclin, une dégénération de la « race »8 et veulent lutter activement contre la mortalité infantile. Ceci explique l’intérêt grandissant des médecins pour la médecine de l’enfance avec, à la fin du XVIIIe siècle, la création de chaires de médecine infantile dans les facultés de médecine (Morel, 1984). L’école n’est pas un lieu isolé et les changements qui s’opèrent au sein de la société finissent aussi par l’atteindre. C’est pourquoi nous retrouvons aussi à l’école une préoccupation de la santé de l’enfant.

L’entrée de la médecine dans l’école

  • 9 . Plans du collège de Saumur, cf. A. N. N IV Seine 68 et N III Maine-et-Loire. Plan du collège de V (...)
  • 10 . L’inoculation consiste à prendre du pus extrait des boutons d’une personne contaminée et à l’inje (...)
  • 11 . A. N. M 255/14, Dossier de Le Mintier, cf. Instructions aux parents qui proposent leurs enfants p (...)
  • 12 . Collège de Lyon : archives départementales du Rhône, cartons D 313 à D 337 : 1520 lettres, 18 tra (...)
  • 13 . Pour l’abcès à la tête, cf. archives départementales du Nord, D 615, Lettre de père au principal (...)

3Au XVIIIe siècle, toutes les écoles ne sont pas concernées par la révolution sanitaire. Ce sont les collèges, les pensions particulières, les écoles militaires, lieux d’instruction des élites, qui modifient les habitudes de vie et de conservation de la santé. Les premiers changements concernent l’agencement de l’espace scolaire. En effet, une comparaison de plans d’établissements du XVIIe siècle avec ceux du XVIIIe siècle révèle l’apparition de cours et de salles plus vastes, de dortoirs plus nombreux9. Les causes en sont à la fois pédagogiques, disciplinaires et morales, car les enseignements, le maintien de l’ordre et les mœurs seront mieux maintenus en restructurant l’espace (Foucault, 1995). Elles sont aussi sanitaires, parce que l’espace contribue à renouveler l’air. Plus l’air est renouvelé et donc pur, plus la santé sera sauvegardée (Jacquin, 1762). Il faut aussi noter la généralisation de l’infirmerie, qui n’existait que pour quelques rares institutions jusqu’ici (notamment pour le collège Louis-le-Grand et la maison royale de Saint-Cyr). Ce lieu a un double usage. Il sert pour soigner et aussi pour isoler les contagieux des élèves sains. Pratiquement tous les collèges en sont dotés à partir de 1770 (Marchand, 1987). En accord avec certains nouveaux préceptes annoncés par des médecins et des abbés, le régime de vie des pensionnaires tend à se modifier (Tissot, 1782 ; Jacquin, 1762). Il est ainsi préconisé de manger plus de viande, de développer les promenades en plein air, ou encore de laisser les jeunes enfants dormir plus longtemps. Face au fléau de la variole, quelques parents et directeurs d’établissements envisagent l’utilisation de la récente prophylaxie d’inoculation10. Elle est même rendue obligatoire à l’entrée des écoles militaires par le roi Louis XVI en 1786, de façon à protéger les futurs soldats de la variole11. Il s’agit de la première obligation de médecine préventive pour des élèves.
L’influence du discours écrit des médecins auprès des parents et des pédagogues est visible dans leurs changements de comportements et d’exigences à l’égard de la sauvegarde de la santé à l’école (Tissot, 1782 ; Verdier, 1777). En analysant les lettres de parents envoyées aux directeurs de collèges et d’écoles militaires, nous avons relevé les préoccupations éducatives, financières et morales de ces parents, ainsi qu’une forte exigence de soin, de maintien de la santé et de prévention des maladies (Parayre, 2008)12. En effet, les parents de catégories sociales aisées se distinguent par leurs stratégies préventives, préconisant eux-mêmes au directeur d’établissement de faire appliquer un onguent pour un abcès de tête, de rembourrer des chaussures pour des engelures, ou encore de donner du vin régulièrement le soir pour « maintenir la santé »13. Ces parents ont suffisamment incorporé les nouveaux préceptes de quelques médecins, où priment exercice physique et aération, qu’ils utilisent et réajustent à leur façon, mélangeant parfois nouvelles et anciennes habitudes, où l’abandon de la saignée peut côtoyer des remèdes plus traditionnels pour protéger la santé (utilisation de vin, de plantes etc.) À partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle, un premier rapprochement se crée entre le médecin, le pédagogue et les parents pour contribuer au maintien et à la préservation de la santé de l’élève. Une ébauche sanitaire à l’école, qui a vu le jour au siècle des Lumières, va se prolonger au XIXe siècle.

L’engagement progressif de l’État dans la reconstruction sanitaire de l’école (1ére moitié du XIXe siècle)

  • 14 . Consulat : du 9 novembre 1799 au 18 mai 1804, 1er Empire : 18 mai 1804 au 6 avril 1814.

4Le Consulat et le Premier Empire14 accentuent leur responsabilité de santé publique, afin de préserver et d’accroître la population, d’autant plus que les guerres Révolutionnaire et Napoléonienne et les épidémies ont encore renforcé les inquiétudes démographiques. Le projet sanitaire de l’État se construit en accord avec les élites et à l’aide des conseils experts de médecins proches du pouvoir ou déjà installés en son sein, ce qui est le cas de Fourcroy, médecin et ministre de l’Instruction publique sous Napoléon Ier, ainsi que de Chaptal, médecin et ministre de l’intérieur sous le même gouvernement. Cet État veut aussi prendre en charge l’éducation et l’instruction du peuple, pour mieux civiliser, instruire, discipliner et moraliser les enfants de la classe populaire.
Or, le projet éducatif n’est possible qu’en s’associant avec celui de la santé publique. Lelièvre et Nique ont démontré qu’à partir des années 1830 l’instruction primaire et la pédagogie devenaient une priorité pour l’État (Lelièvre, 1990 ; Nique, 1990). L’hygiène et en priorité la salubrité des locaux vont également faire l’objet d’une surveillance de l’État. Dès 1833, le ministre de l’Instruction publique Guizot, constate l’état déplorable des installations matérielles des écoles du primaire (pour le peuple). Les 490 inspecteurs qu’il a mandatés pour visiter ces écoles dans quatre-vingt-six départements confirment que les salles ou « cloaques étroits » comme ils les nomment, engendrent toutes sortes de maux et de maladies (Lorrain, 1837 : p. 4). Il apparaît donc impossible de reconstruire les écoles du primaire sans penser à préserver la santé des élèves et par conséquent sans prendre en compte, dans un premier temps, les principes donnés par l’hygiène pour maintenir la salubrité des bâtiments. Les projets de protection de la santé des élèves et du développement de leur éducation se rejoignent dans le but de former le futur citoyen modèle, sain et propre, instruit et discipliné, honnête et vertueux.
Durant la première moitié du XIXe siècle se produit un changement des concepts et des pratiques par rapport au siècle précédent, car ce n’est plus seulement l’air et l’espace qui préoccupent, mais aussi d’autres éléments de la salubrité des bâtiments (la lumière, l’eau, l’humidité). La propreté du corps des élèves et la prophylaxie à engager contre les épidémies (variole, choléra, fièvres typhoïdes) deviennent des sujets dominants de la prévention en milieu scolaire. Nous assistons à un accroissement de l’engagement sanitaire et éducatif de l’État à tous les degrés de l’enseignement, car ce ne sont plus les écoles des élites qui sont concernées comme au XVIIIe siècle, mais aussi celles du peuple. Pourtant il demeure des questions centrales quant à l’influence biopolitique sur les populations scolaires. En effet comment l’État peut-il réussir à convaincre les communes de l’importance du projet sanitaire et éducatif ? Comment peut-il réussir à faire appliquer une nouvelle réglementation de l’hygiène et enfin à transmettre le savoir hygiénique et sanitaire, qu’il défend, aux acteurs locaux ? Les premiers relais du pouvoir central et transmetteurs de nouveaux préceptes d’hygiène ne sont autres que les inspecteurs d’académie.

La transmission du projet de reconstruction sanitaire par les inspecteurs d’académie

  • 15 . Archives Nationales, cartons suivants : F17 2484 : inspection collèges et lycées, 1809. F17 2488  (...)
  • 16 . A. N. F17 7563, Lycée de Marseille et Lycée de Reims, inspection du lycée, 1861.

5La fonction d’inspecteur d’académie est instaurée en 1802 (loi du 1er mai 1802, art. 17), au moment de la création des lycées. D’inspecteur de l’enseignement secondaire et principalement des lycées, ses fonctions vont s’étendre aux écoles, collèges, institutions et pensions. Il sera rejoint par la suite par des inspecteurs de l’enseignement primaire en 1835. L’inspecteur a pour charge le contrôle de l’enseignement, de la discipline, des mœurs, de l’administration et de la comptabilité. Il a aussi le devoir de surveiller l’état des bâtiments scolaires et le quotidien des élèves (propreté corporelle, alimentation, exercices physiques, existence de l’infirmerie etc.). L’étude des rapports d’inspecteurs au sujet des collèges et lycées de 1809 à 187515, démontre une première évolution quant au contenu même des inspections. Plus précisément, à partir de 1842, les inspecteurs disposent pour les lycées d’une grille préétablie les guidant dans leurs observations. Ils doivent maintenant vérifier systématiquement la superficie, l’emplacement des salles, leurs aération et luminosité, les existences de la gymnastique et de bains de pieds et entiers, les qualités de la boisson et de la nourriture. Lors de leurs visites, ils ont pour obligation de rencontrer les maires et les directeurs d’établissements, afin de diffuser le projet sanitaire et de tenter de faire exécuter les directives. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, les lois et règlements scolaires mis en relation avec les rapports d’inspection témoignent que les inspecteurs, influencés par l’État et les médecins, ont été des acteurs principaux de la diffusion et de la construction de l’hygiène à l’école.
Or, la tâche de l’inspecteur d’académie s’avère plus complexe qu’il n’y paraît. La transmission de la responsabilité sanitaire de l’État aux communes n’est pas immédiate et rencontre des obstacles, dans la mesure où l’État laisse aux communes la majeure partie de la charge financière des applications sanitaires, alors que les objectifs de santé publique et les intérêts économiques sont en conflit au niveau de l’école, comme pour d’autres institutions, édifices et aménagements publics. Les maires de communes se défient bien souvent des directives étatiques et n’hésitent pas à sacrifier les aménagements scolaires et sanitaires pour leur compte personnel. En 1855 Jean-Baptiste Sandre, instituteur à Iguerande, commune de Saône-et-Loire, témoigne des manœuvres intéressées du maire pour employer les fonds récupérés, non à la construction d’une école, mais à celle d’un chemin menant de la commune à son château (Ozouf, 1879 : p. 221). À Marseille et à Reims, en 1861, les inspecteurs signalent un maire fuyant leur présence et retardant systématiquement l’exécution des transformations matérielles prévues pour le lycée16. La transmission sanitaire est loin d’être aisée, dans la mesure où il existe un fossé culturel entre d’une part les élites (représentants de l’État et médecins renommés) et d’autre part les maires de communes, les instituteurs et la population. Les premiers imposent leurs discours et pratiques, les seconds n’en comprennent pas nécessairement l’intérêt ou demeurent résistants, à l’égard des nouveaux préceptes de conservation de la santé.

L’implication des acteurs locaux

  • 17 . Etudient l’hygiène et participent à son évolution et à sa diffusion. Ce ne sont pas nécessairemen (...)
  • 18 . Ecole de formation des futures institutrices de salles d’asiles, une salle d’asile y est annexée (...)
  • 19 . C’est ce terme qui est alors employé.
  • 20 . Statistique comparée de l’enseignement primaire (1829-1877), Paris, Imprimerie Nationale, t. II, (...)

6Des initiatives existent néanmoins et ne doivent pas être négligées. Elles sont influencées par la multiplication des préoccupations hygiéniques et commencent par être entreprises par certains acteurs de l’Instruction publique, concernés par la question de la santé de l’enfant. C’est le cas de Marie Pape-Carpantier, institutrice puis directrice de salles d’asile (les premières écoles de la petite enfance de 2 à 6 ans). Suffisamment influencée par le discours des hygiénistes17 et désireuse de renouveler la pédagogie, elle contribue à l’organisation sanitaire de son cours pratique18 à Paris, où dès 1856 se distinguent les aménagements les plus innovants pour l’époque (salle contenant un lavabo circulaire, latrines situées dans la cour, salles de classe plus lumineuses et aérées, salle de repos et de repas séparée de la salle des exercices corporels) (Pape-Carpantier, 1849). Ce sont aussi des changements de comportements à l’égard de la santé et des habitudes sanitaires de la bourgeoisie (salubrité, bain, gymnastique, surveillance de la nourriture), que Pape-Carpantier tente de transmettre au sein des enfants de la classe populaire. Elle prend donc comme fondements de l’éducation et des précautions à l’égard de la santé, la propreté corporelle et vestimentaire, les exercices physiques, la prise de repas dans un lieu spécifique et différent de la classe, la salubrité des locaux.
À partir des années 1840, des consciences sanitaires commencent à s’animer parmi des pédagogues soucieux du « bien-être »19 et du développement physique, intellectuel et moral et qui ont compris que l’éducation dépendait aussi de la santé. Or, pour que le projet hygiéniste aboutisse, ces acteurs de l’école doivent souvent insister auprès de leur hiérarchie et de leur municipalité. Ils rencontrent moins de difficultés relationnelles quand le maire est aussi médecin, car il est alors souvent plus sensibilisé par l’assainissement de sa commune et la salubrité des édifices publics. C’est tout le paradoxe de cette histoire, d’un État qui entend légiférer sur l’école et la santé publique, mais qui ne prend pas la charge de son organisation effective.
Nous observons pourtant une évolution sanitaire significative qui se crée à l’école à partir de la décennie 1860, grâce aux actions de deux ministres de l’Instruction publique, Rouland et Duruy. Trois changements cruciaux s’opèrent alors : l’augmentation du financement de l’État consacré aux dépenses de l’Instruction publique20, une plus grande reconnaissance de l’instituteur et du médecin auprès de l’État et de la population et l’acceptation par l’État de leur implication et de leur collaboration au projet de reconstruction sanitaire de l’école.

L’hygiène à l’école s’organise et se concrétise (2nde moitié du XIXe siècle)

7La décennie 1860 marque un renfort du lien et de l’interaction entre les acteurs de la médecine et de l’Instruction publique, qui se traduit par l’émergence de deux acteurs dont l’influence et l’action se modifient sur le terrain, le médecin et l’instituteur.

L’ascension sociale et préventive du médecin

  • 21 . A. N. F17 7582 à F17 7586, rapports des médecins pour les lycées, collèges et écoles normales, po (...)
  • 22 . A. N. F17 7586, État sanitaire du collège Rollin à Paris, 1868-1869, par P. Lorain, médecin du co (...)
  • 23 . A. N. F17 7584, Arrêté du 15 février 1864 et F17 11781, Arrêté du 24 janvier 1882.

8Avant 1860 le médecin hygiéniste, celui qui se préoccupe de la santé publique, est un conseiller et un expert auprès de l’État. Dans le cadre de l’école, il donne essentiellement des conseils concernant la salubrité des bâtiments et la protection contre les épidémies, mais il intervient rarement dans les inspections sanitaires, tâches dévolues aux inspecteurs d’académie. Le médecin qui soigne, intervient quant à lui dans les collèges et lycées uniquement lors de maladies. En 1864 sous le ministère Duruy, le médecin devient un acteur central de la prévention à l’école. Mais de quel médecin s’agit-il ? À la fois de celui des armées, de l’hygiéniste et du médecin de quartier, habitué à soigner les élèves. Duruy sollicite l’ensemble d’entre eux pour qu’ils effectuent des rapports annuels sur l’état de salubrité des bâtiments scolaires et sur l’état de santé des élèves. Leurs rapports, qui concernent d’abord les collèges et lycées et les écoles normales primaires (écoles de formation des maîtres), attestent d’un renforcement de la médecine préventive, basée sur une surveillance plus affinée de l’insalubrité et l’élaboration de statistiques sanitaires présentant les maladies par établissement et par mois21. L’enjeu du gouvernement et des médecins est de favoriser et développer l’hygiène à l’école, car « la médecine de soin ne peut pas toujours guérir »22. En 1827 le médecin Simon, officiant au lycée de Metz, s’était plaint de ne jamais être contacté pour les questions de précaution de la santé, ses vœux se trouvent exhaussés près de quarante plus tard (Simon, 1827). C’est le temps qu’il aura fallu pour qu’une nouvelle ère se dessine, que l’hygiène à l’école commence à se concevoir avec la présence directe du médecin et sa nécessaire collaboration avec les membres de l’Instruction publique (ministres, recteurs, inspecteurs, professeurs, directeurs d’établissements). Il faudra attendre le gouvernement de Ferry pour que les médecins participent à la prévention dans les écoles du primaire, quand il initialisera une commission d’hygiène des écoles du primaire en 1882, à l’identique de la commission d’hygiène des lycées créée par Duruy en 186423.
Léonard rappela combien, pendant les cinquante premières années du XIXe siècle, les médecins avaient « inspiré, animé, et réalisé les multiples actions hygiénistes, culturelles, agronomiques ou administratives dont est tissé le progrès social » (Léonard, 1978 : p. 16). Nous ajoutons qu’ils ont contribué à dégrossir les chantiers de l’hygiène et à diversifier leurs interventions pour arriver jusqu’à l’école et prendre plus de pouvoir au sein de l’État. Leur influence au sein du pouvoir central et de la population s’est faite progressivement durant ces cinquante premières années et ils la doivent dans un premier temps davantage à leur prestige culturel, à leur influence et leur diffusion du savoir, plutôt qu’à leur efficacité curative, peu efficace et convaincante durant les cinquante premières années du XIXe siècle. À partir de la décennie 1860 les médecins commencent à trouver des alliés non seulement parmi les enseignants du secondaire, mais aussi parmi ceux du primaire, pour diffuser leurs préceptes sanitaires. Là encore, l’État a fait en sorte d’accroître leur engagement hygiénique.

L’engagement de l’enseignant du primaire (instituteur, puis institutrice)

  • 24 . Voir aussi A. N. F17 9831.
  • 25 . E. Erckmann & A. Chatrian, Histoire d’un sous-maître, Publication de l’amitié par le livre, 1946. (...)
  • 26 . A. N. F17 9831, Lettre envoyée au préfet par l’instituteur communal Lebrat, 9 juin 1840.
  • 27 . L’Écho des Instituteurs, n° 12 décembre 1845, p 184.
  • 28 . Arrêté du 12 décembre 1860 ouvrant un concours sur une question de pédagogie : « Quels sont les b (...)
  • 29 . C. Robert, Plaintes et vœux présentés par les instituteurs publics en 1861 sur la situation des m (...)
  • 30 . Archives de l’institut Pasteur de Paris, Fonds Albert Calmette : Cal. D. 8 : conférence aux direc (...)

9Avant 1860 il est possible de retrouver des témoignages d’instituteurs, documents rares qui vont permettre de mieux appréhender leur position à l’égard de la conservation de la santé des élèves (Ozouf, 1979)24. L’analyse des récits de vie d’instituteurs, de leurs articles dans des journaux, ainsi que de leur correspondance avec leur hiérarchie (recteurs, inspecteurs d’académie, ministres, préfets)25, confirme qu’entre 1830 et 1860, l’instituteur de petite école n’est pas écouté et demeure incompris par sa hiérarchie. Un instituteur d’une commune d’Ardèche proclame explicitement au préfet en juin 1840 : « Je ne pouvais pas accepter un local naturellement humide où j'aurais été en danger d'être atteint de rhumatismes qui auraient compromis ma santé et mon existence, ainsi que celle de mes élèves »26. Un autre de la région Centre témoigne dans le numéro de décembre 1845 de L’Écho des instituteurs « avoir langui depuis quinze ans et contracté une maladie de poitrine dans le local le plus humide, le plus malsain et le moins propre aux exercices »27. Or aucun aménagement, ni reconstruction de classe n’ont suivi leurs critiques et réclamations, au contraire, elles entraînèrent bien souvent blâme et mutation, étant considérées comme des rébellions face au gouvernement. Cela est d’autant plus vrai que les conflits politiques des années 1830 et 1848, puis le régime autoritaire du Second Empire et l’hégémonie des écoles congréganistes, n’arrangèrent guère la position sociale de l’instituteur public et laïque (Jacquet-Francillon, 1999).
Comme le médecin, l’instituteur va gagner en prestige après 1860, sous le ministère Rouland (1856-1863). En décembre 1860 pour la première fois, ce ministre sollicite les instituteurs en leur demandant par écrit ce qu’ils pensent de leurs conditions de travail28. Ce sont alors 5940 instituteurs communaux qui fournissent chacun un petit rapport, présentant leurs conditions matérielles et pédagogiques, leurs attentes et leurs propositions pour remédier à toutes leurs difficultés, y compris les mauvaises conditions sanitaires29. L’instituteur entre désormais dans le débat hygiénique, pour devenir un personnage central de l’hygiène scolaire durant la Troisième République, un modèle et un transmetteur de nouvelles pratiques de précautions à l’égard de la santé et de nouvelles attentions faites au corps. Son premier rôle d’instruction et d’éducation s’étend à la surveillance et à la diffusion des préceptes de l’hygiène, transmis par les ouvrages et les enseignements des médecins chargés de l’hygiène scolaire (Riant, 1874). L’instituteur et l’institutrice doivent alors vérifier et promouvoir la propreté corporelle, enseigner la gymnastique, convaincre les familles de la légitimité de la vaccination antivariolique et des méfaits de l’alcool, veiller aux précautions à prendre contre les épidémies. Comme pour le médecin, il aura fallu du temps à l’enseignant primaire et d’abord à l’instituteur pour qu’il se forme en « corps » professionnel reconnu et puisse avoir une influence et un engagement sanitaire croissant au sein de la société.
Après la défaite de la guerre de 1870, dont la responsabilité provient pour l’État en partie de la mauvaise condition physique des soldats, l’implication de l’école est accentuée dans la sauvegarde et le redressement de la Nation. L’instituteur et l’institutrice deviennent des acteurs incontournables dans la disparition des préjugés et du fatalisme des populations à l’égard de la santé et dans la diffusion d’une idée favorable de la médicalisation. Dorénavant ils auront aussi à charge le renforcement des corps (par la gymnastique par exemple) et la préservation contre les déviances physiques, intellectuelles et morales (par l’enseignement contre l’alcoolisme, la lutte contre les déformations corporelles et la myopie). Albert Calmette, alors directeur de l’institut pasteur de Lille, dans une conférence faite à Lille en 1908 auprès des directrices et institutrices d’écoles, leur rappelle combien elles doivent être « les propagandistes du culte de l’hygiène » et l’école le lieu où se développe une « jeune humanité forte et saine, apte au progrès et à la vie sociale »30. L’objectif réside plus dans une sauvegarde collective de la population et une normalisation généralisée des comportements sanitaires par l’école, auxquelles doivent adhérer les enseignants du primaire. L’enseignement de l’hygiène se fait plus directif.
Nous avons questionné les causes profondes de l’ascension progressive du médecin et de l’instituteur et nous rejoignons les analyses des historiens de la santé publique (Léonard, 1978 ; Bourdelais, & Raulot, 1987). À savoir que la laïcisation et la démocratisation des problèmes du corps et des soucis de la santé, le développement d’une classe moyenne plus prospère et instruite, soutenant les valeurs nouvelles, ont été favorables à l’ascension sociale de ces deux protagonistes et à la propagation et l’acceptation de nouvelles pratiques préventives. Les fléaux épidémiques ont également eu un impact non négligeable.

Les épidémies : des accélérateurs de l’engagement sanitaire

  • 31 . A. N. F17 11516, témoignages sur le dévouement des instituteurs lors du choléra de 1854. Recueil (...)
  • 32 . A. N. F17 11516, Rapport du préfet de Haute-Saône, Vesoul, 30 décembre 1854.
  • 33 . Ibidem.
  • 34 . A. N. F17 11516, Rapport du préfet de la Marne, Châlons-en-Champagne, 28 octobre 1854.

10Pour le médecin et l’instituteur, la faveur de l’État, la compréhension, la confiance et la reconnaissance des populations se font progressivement au cours du siècle. Si choléra, variole, fièvres typhoïdes mettent à l’épreuve les hommes du XIXe siècle, les savoirs médicaux et les pratiques thérapeutiques et préventives, ces épidémies successives vont aussi contribuer à accélérer l’engagement sanitaire de l’État et à accentuer le prestige du médecin, parce qu’il aura fait preuve d’implication et de dévouement pour sauver des vies. Les épidémies renforcent la place de l’instituteur dans sa commune et la confiance des populations à son égard. L’exemple de la troisième propagation de choléra en 1854 est significatif. En effet, au plus fort de l’épidémie, instituteurs et institutrices ont remplacé le médecin, le maire et le curé dans la commune, pour soigner et même ensevelir les morts. En ont témoigné préfets, maires, habitants et instituteurs des soixante seize départements touchés31. Le préfet de Haute-Saône rappelle que dans la commune de Bouligney (Nord de Vesoul) « les médicaments envoyés avaient été confiés à l’instituteur, qui les administrait selon les prescriptions des médecins »32. De même dans la commune de Brussey (Sud-Ouest de Vesoul) l’instituteur a effectué « les visites assidues aux malades, surtout aux plus pauvres, à ceux qui étaient abandonnés de leurs proches »33. À Fère-Champenoise (Marne) l’institutrice s’est distinguée « en ne craignant pas de recevoir des déjections les plus nauséabondes, ni de faire des lits d’où s’exhalaient des miasmes pestilentiels »34.
L’implication curative, préventive et sociale des enseignants du primaire, a contribué à leur faire gagner la confiance des populations et à gagner en prestige auprès de leur hiérarchie, les faisant devenir bien plus que de simples maîtres de villages. Les épidémies ne sont pas les événements déclencheurs, car les préoccupations hygiéniques étaient apparues auparavant, mais elles ont participé à modifier les conceptions à l’égard de la sauvegarde de la santé et à faire changer les mentalités, non seulement pour les pratiques thérapeutiques, mais aussi préventives.

Conclusion

11L’histoire des pratiques de conservation de la santé à l’école est un champ des sciences de l’éducation à construire et à développer, fournissant ainsi une base historique et de nouvelles problématiques aux recherches sur l’éducation à la santé. Elle ne pourra se faire sans l’appréhension de sources de l’Instruction publique, de la médecine et de l’hygiène. C’est par la confrontation de l’ensemble de ces archives que nous avons pu construire une histoire de l’hygiène appliquée aux élèves (Parayre, 2007). L’hygiène scolaire de la Troisième République et la médecine scolaire de l’Entre-deux-guerres ne peuvent voir le jour qu’après de nombreuses structurations des politiques de santé publique et scolaires, la redéfinition des priorités d’hygiène et de santé à l’école et la prise de conscience sanitaire des populations. Pour une véritable réussite de l’homogénéisation des conditions sanitaires et pédagogiques et une prise en charge plus étendue de la santé, il aura fallu une plus grande implication financière de l’État, l’apport du savoir des médecins, la formation des architectes et des pédagogues du primaire, l’adhésion des communes et des familles. Nous dégageons des sources l’aboutissement progressif des changements de l’architecture scolaire, des modifications des conditions de vie, l’accès aux soins des élèves dans les pensionnats et l’accroissement des précautions à l’égard des maladies et des maux.
Depuis la fin de l’Ancien Régime jusqu’au début de la Troisième République se sont donc accumulées les preuves du développement de la conservation et de la préservation de la santé dans les institutions prestigieuses au XVIIIe siècle. La mise en place chaotique et partielle de l’hygiène à l’école du secondaire puis du primaire qui devait redéfinir des repères sanitaires et éducatifs durant la première moitié du XIXe siècle, a été enfin suivie par l’apparition de l’hygiène scolaire à partir des années 1860. La médicalisation des élèves a suivi l’instauration de l’enseignement public et ces deux révolutions ont été aussi compliquées l’une que l’autre à instaurer. Impossible de construire l’instruction primaire et secondaire sans repenser dans un premier temps la salubrité des locaux, essentielle aussi bien à la pédagogie que favorable à la santé. Il faut rappeler combien il aura fallu de temps pour que les innovations sanitaires imprègnent les mentalités, combien il aura fallu d’adaptations et de transitions, combien la détermination biopolitique fut transmise progressivement et de façon chaotique aux populations scolaires. Le médecin hygiéniste, devenu le personnage dominant de la médicalisation, pour faire accepter son entreprise, a dû consentir à des compromis. Malgré sa prétention à améliorer le moral et la santé de la société, il a dû composer avec l’influence de l’économie, de la science, de la politique et de l’opinion publique, pas toujours favorables aux innovations proposées.
Au cours du XIXe siècle, l’État prend plus de responsabilité à l’égard de la sauvegarde collective de la santé, les intervenants se diversifient (inspecteurs d’académie, instituteurs, médecins, parents), ainsi que les pratiques et les objets d’attentions sanitaires. De la question centrale de rendre les locaux salubres et de sauvegarder la population scolaire contre les épidémies (variole, choléra, fièvre typhoïde), les exigences s’étendent aux soins individuels au corps (propreté, gymnastique, alimentation, contrôle des maux). Ces exigences se diversifieront encore aux cours de la Troisième République (hygiène dentaire, déformation de la colonne, myopie) et se généraliseront à la population des écoles primaires. Nous pouvons alors parler d’une première extension de pratiques préventives, depuis les espaces et les architectures jusqu’au corps de l’élève.

Haut de page

Bibliographie

Bourdelais, P., & Raulot, J.-Y. (1987). Une peur bleue : histoire du choléra en France. 1832-1854. Paris : Payot.
Broussouloux, S. & Houzelle-Marchal, N. (2006). Éducation à la santé en milieu scolaire. Saint-Denis : Éd. INPES.
Dupâquier, J., & M. (1985). Histoire de la démographie : la statistique des populations des origines à 1914. Paris : Perrin.
Fassin, D. (2004). Biopolitique. In D. Lecourt (Ed.), Dictionnaire de la pensée médicale (pp. 176-179). Paris : P.U.F.
Foucault, M. (1995). Surveiller et punir. Paris : Gallimard.
Foucault, M. (1994). Histoire de la sexualité t. I, La volonté de savoir. Paris : Gallimard.
Guillaume, P. (2004). L’hygiène à l’école et par l’école. In Bourdelais, P & Faure O (Eds.), Les nouvelles pratiques de santé XVIIIe-XXe siècles (pp. 213-226). Paris : Belin.
Jacquet-Francillon, F. (1999). Instituteurs avant la République. Paris : Septentrion.
Jacquin, A.-P. (1762). De la santé. Paris : Durand
Lelievre, C. (1990). Histoire des institutions scolaires (depuis 1789). Paris : Nathan.
Léonard, J. (1981). La médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Paris : Aubier Montaigne.
Léonard, J. (1978). La France médicale au XIXe siècle. Paris : Gallimard.
Lorrain, P. (1837). Tableau de l’instruction primaire en France d’après les rapports adressés au ministre de l’Instruction publique par les 490 inspecteurs chargés de visiter toutes les écoles de France, à la fin de 1833. Paris : L. Hachette.
Marchand, P. (1987). Les parents et l’éducation dans les collèges de la France du Nord : des parents écrivent…1768-1780. Livre et Lumières dans les pays bas français de la contre-réforme à la Révolution, Publication du cercle archéologique et historique de Valenciennes, 10, 1, 29-50.
Morel, M.-F. (1984). Médecins et enfants malades dans la France du XVIIIe siècle. In P. Ferrari-Roland Lazarovici (Ed.), L’enfant malade et son corps (pp 13-46). Paris : Privat.
Nique, C. (1990). Comment l’école devint une affaire d’État (1815-1840). Paris : Nathan.
Nourrisson, D. (2002). Éducation à la santé, XIXe-XXe siècle. Rennes : Éd. de l’école nationale de la santé publique.
Ozouf, M. (1979), La classe ininterrompue, cahiers de la famille Sandre, enseignants 1780-1960. Paris : Hachette.
Pape-Carpantier, M. (1849). Enseignement pratique dans les écoles maternelles. Paris : Hachette.
Parayre, S. (2008). La question de la santé au cœur des relations familles-écoles (XVIIIe-XIXe siècles). Revue internationale de l’éducation familiale, 23, (à paraître).
Parayre, S. (2007). Médecine, hygiène et pratiques scolaires, de la fin de l’Ancien Régime au début de la Troisième République, Th : Sciences de l’éducation : Paris V.
Riant, A. (1874). Hygiène scolaire, influence de l’école sur la santé des enfants. Paris : Hachette.
Rougnon, N.-F. (1798) Médecine préservative et curative générale et particulière ou traité d’hygiène et de médecine pratique. Besançon : Méquignon l’aîné.
Simon (1827). Traité d’hygiène appliquée à l’éducation de la jeunesse. Paris : Villeret.
Tissot, S.-A. (1782). Avis au peuple sur sa santé. Paris : P.-F Didot le Jeune.
Verdier, J. (1777). Cours d’éducation à l’usage des élèves destinés aux premières professions et aux grands emplois de l’État. Paris : l’auteur.
Vigarello, G. (2001). L’hygiène des Lumières. In P. Bourdelais (Ed.), Les hygiénistes, enjeux, modèles et pratiques (pp. 29-40). Paris : Belin.

Haut de page

Notes

1 . Terme introduit par Duruy dans la législation scolaire, cf. circulaire du 23 septembre 1867 relative à l’état hygiénique des lycées, collèges et écoles normales, in. Circulaires et instructions officielles relatives à l’instruction publique, Paris, Delalain, 1870, t.VI, pp. 523-524.

2 . L’hygiène au XIXe siècle se définit comme la discipline médicale qui a pour objectif de conserver et de préserver la santé, c’est-à-dire de prescrire les règles à suivre pour maintenir un état sain, pour arrêter un état de santé menacé par quelques écarts et prévenir les maladies en détruisant les prédispositions qui les font naître. Notre étude concerne la prévention dite primaire (terme inexistant au XIXe siècle), qui agit en amont des maladies et consiste à éviter leurs apparitions. Au XIXe siècle les termes retrouvés sont médecine préventive, hygiène, prophylaxie, conserver, préserver, sauvegarder.

3 . Transformation des attitudes individuelles et collectives de nos sociétés face à la santé et à la maladie depuis deux ou trois siècles.

4 . À cette époque le terme « hygiène » est très peu employé par les médecins. Ils titrent leurs ouvrages : avis sur la santé, conservation de la santé et différencient le régime curatif, préservatif et conservatif selon les états de santé, maladie, menacé et sain. Au XVIIIe siècle aucun ouvrage ne traite entièrement de l’hygiène des élèves, pour cela il faut attendre 1827 avec le traité du médecin Simon, cf. bibliographie.

5 . Détail dans les notes 9 et 12.

6 . Circulaires et instructions officielles relatives à l’instruction publique, 8 vol. 1802-1882, Paris, Delalain, 1889. O. Gréard, La Législation de l’instruction primaire en France depuis 1789 jusqu’à nos jours, 7 vol. 1789-1900, Paris, Delalain, 1891.

7 . Détail dans les notes 15, 21, 25, 29 et 31. Les rapports de médecins n’apparaissent qu’à partir des années 1860.

8 . La dégénération est employée au XVIIIe siècle, la dégénérescence à partir de 1857, cf. P. Pinell, « Dégénérescence », in. D. Lecourt (dir.), Dictionnaire de la pensée médicale, Paris, P.U.F., 2004, pp. 310-314.

9 . Plans du collège de Saumur, cf. A. N. N IV Seine 68 et N III Maine-et-Loire. Plan du collège de Vienne, cf. A. N. F17 1314 A. Plan de l’école militaire de Paris, cf. A. N. M 256, dossier n° 113. (Le sigle A.N signifie archives nationales, N, F17 et M sont les séries et le numéro qui suit est le numéro du carton à consulter).

10 . L’inoculation consiste à prendre du pus extrait des boutons d’une personne contaminée et à l’injecter à une personne non contaminée, afin que cette dernière contracte de façon plus bénigne la maladie et évite d’être atteinte par des formes virulentes, cf. Article « inoculation », in. D. Diderot & J. d’Alembert, Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Stuttgart, Bad Cannstatt, 1966-1988 (1ére éd. Paris, Briasson, 1751-1780), t. VIII, col 758 a.

11 . A. N. M 255/14, Dossier de Le Mintier, cf. Instructions aux parents qui proposent leurs enfants pour les écoles royales militaires.

12 . Collège de Lyon : archives départementales du Rhône, cartons D 313 à D 337 : 1520 lettres, 18 traitent de la santé, 1771-1789. Collège de Lille : archives départementales du Nord, cartons D 615 et D 490, 168 lettres, 14 traitent de la santé, 1768-1780. Nous ne traitons pas en détail la prévention des parents, qui a fait l’objet d’un article et d’un chapitre de notre thèse, cf. bibliographie.

13 . Pour l’abcès à la tête, cf. archives départementales du Nord, D 615, Lettre de père au principal du collège de Lille, Bergues, 3 octobre 1774. Pour les engelures, cf. archives départementales du Rhône, D 337, Lettre de père au principal du collège de Lyon, Salins, le 23 octobre 1783. Pour le vin, cf. archives départementales du Nord, D 615, Lettre de père au principal du collège de Lille, 7 octobre 1769.

14 . Consulat : du 9 novembre 1799 au 18 mai 1804, 1er Empire : 18 mai 1804 au 6 avril 1814.

15 . Archives Nationales, cartons suivants : F17 2484 : inspection collèges et lycées, 1809. F17 2488 : inspection collèges et lycées, 1816-1831. F17 2491 à 2493 : inspection collèges et lycées, 1832-1845. F17 7563 : inspection lycée 1861-1869. F17 7568-7569 : inspection 1865-1875. F17 7571 : gestion des lycées et collèges, 1838-1890.

16 . A. N. F17 7563, Lycée de Marseille et Lycée de Reims, inspection du lycée, 1861.

17 . Etudient l’hygiène et participent à son évolution et à sa diffusion. Ce ne sont pas nécessairement que des médecins, mais aussi des chimistes, des ingénieurs des Ponts et chaussées, des pharmaciens, des magistrats et des hommes politiques.

18 . Ecole de formation des futures institutrices de salles d’asiles, une salle d’asile y est annexée pour compléter la formation.

19 . C’est ce terme qui est alors employé.

20 . Statistique comparée de l’enseignement primaire (1829-1877), Paris, Imprimerie Nationale, t. II, 1880. En 1863 Rouland accroît le financement de l’État consacré aux dépenses de l’Instruction publique. Duruy rendra l‘apport financier de l’État supérieur aux subventions départementales et communales.

21 . A. N. F17 7582 à F17 7586, rapports des médecins pour les lycées, collèges et écoles normales, pour les décennies 1860 et 1870.

22 . A. N. F17 7586, État sanitaire du collège Rollin à Paris, 1868-1869, par P. Lorain, médecin du collège Rollin, professeur à la faculté de médecine et médecin de l’hôpital Saint-Antoine.

23 . A. N. F17 7584, Arrêté du 15 février 1864 et F17 11781, Arrêté du 24 janvier 1882.

24 . Voir aussi A. N. F17 9831.

25 . E. Erckmann & A. Chatrian, Histoire d’un sous-maître, Publication de l’amitié par le livre, 1946. Voir aussi l’ouvrage de M. Ozouf cité en bibliographie. Pour la correspondance, cf. A. N. F17 9831. Pour les journaux, cf. L’Écho des Instituteurs, 1845-juin 1850, Paris.

26 . A. N. F17 9831, Lettre envoyée au préfet par l’instituteur communal Lebrat, 9 juin 1840.

27 . L’Écho des Instituteurs, n° 12 décembre 1845, p 184.

28 . Arrêté du 12 décembre 1860 ouvrant un concours sur une question de pédagogie : « Quels sont les besoins de l’instruction primaire dans une commune rurale, au triple point de vue de l’école, des élèves et du maître ? », in. O. Gréard, La législation de l’Instruction publique…, op.cit., t. III, p 763.

29 . C. Robert, Plaintes et vœux présentés par les instituteurs publics en 1861 sur la situation des maisons d’école, du mobilier et du matériel classiques, Paris, De Guillaumin, 1864. Voir aussi aux archives nationales l’ensemble du corpus classé par académie, F17 10758 à F17 10798.

30 . Archives de l’institut Pasteur de Paris, Fonds Albert Calmette : Cal. D. 8 : conférence aux directrices et institutrices des écoles de l’Académie de Lille, 26 mars 1908.

31 . A. N. F17 11516, témoignages sur le dévouement des instituteurs lors du choléra de 1854. Recueil de 23 rapports de préfets, 4 de maires, 1 d’instituteur et 1 provenant des habitants.

32 . A. N. F17 11516, Rapport du préfet de Haute-Saône, Vesoul, 30 décembre 1854.

33 . Ibidem.

34 . A. N. F17 11516, Rapport du préfet de la Marne, Châlons-en-Champagne, 28 octobre 1854.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Recherches & Educations, 1, 2008, p.177-193

Référence électronique

Séverine Parayre, « L’hygiène à l’école aux XVIIIe et XIXe siècles : vers la création d’une éducation à la santé », Recherches & éducations [En ligne], 1 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://rechercheseducations.revues.org/458

Haut de page

Auteur

Séverine Parayre

Docteur en Sciences de l’éducation, de l'Université Paris Descartes, CETSAH (UMR 8037).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo Société Binet-Simon
  • Revues.org